Semi-marathon des France à Auray(56) - Dimanche 15 septembre 2019

 

Premier grand rendez-vous de rentrée, ces championnats de France ont permi à nos athlètes de valider plusieurs semaines d’entrainements intensifs. Un tracé bosselé et une chaleur étoufante n’ont pas aidé les coureurs. C’est donc sur les classements catégoriels que se fera l’analyse, Anthony DUBOT avec son chrono de 1h18’08 termine 24e M1 ! Bernard PAGET en 1h32’40 se classe 12e M3, Denis DUBREUIL franchit la ligne en1h36’39 124e M2 et Karine PETRIGNET intégre le top 10, 10e M2 en 1h40’13.

Christophe GRANDMAIRE a généreusement tenu à accompagner nos coureurs lors de ce déplacement, il a pris part au 10km ou il se classe 8e M1 en 39’22.

Félicitations à nos coureurs qui ont porté haut nos couleurs.     

 

 

Semi-marathon d’Annecy(74) - Dimanche 15 septembre 2019

 

En pleine préparation marathon, les époux CONVERSET ont jeté leur dévolu sur cette course : Jacques termine en 1h32’02 14e M2 et Françoise en 1h56’12 10e M2.    

 

Semi-marathon de Colmar(68) - Dimanche 15 septembre 2019

 

Les préparatifs marathon vont bon train pour Céline DELANLSSAYS, elle franchit la ligne d’arrivée en 2h07’13, Maud LE METAYER suit de près en 2h08’43.

 

 

Les foulées pelissannaises à Pelissanne(13) - Dimanche 15 septembre 2019

 

Marine CLAUDEL remporte cette 36e édition, elle boucle son parcours en 42’01.

 

 

Trail les Montée d’Abbans(25) – Dimanche 15 septembre 2019

 

Richard GUILLIEZ était inscrit sur le format 25km de cette course, il termine 22e  M1 en 2h58’47.

 

 

L’infernal trail à Saint-Nabord(88) – Du 13 au 15 septembre 2019

 

Merci à Frédéric VANNSON et Cyril THUILLIER pour leurs récits de cette aventure humaine :

 

« L infernal trail des Vosges a une nouvelle fois bien porté son nom.

 

Avant de me lancer sur le récit de ma course, vous trouverez ci-dessous le résultat des différents compétiteurs du SGH :

 

INFERNAL 30 (807 arrivées)

Compétiteur                       Scratch                     Class F                       Class Cat       Temps                      

Elise TABOUROT    320 / 807     43                   27 (SE)                      3:56:56                   

Christelle LORRAIN          372                56                   18 (V1)                     4:04:15                   

 

INFERNAL 60 (467 arrivées)

Compétiteur                       Scratch                     Class Cat       Temps                      

Cyril THUILLIER                  33                   22 (SEH)       8:47:52

 

Voici le récit de Cyril THUILLIER :                             

 

« Voici mon petit topo concernant l'infernal trail des Vosges qui s'est déroulé ce week-end.

Comme prévu, après deux participations aux 30km sur les années précédentes, je me suis présenté aux 60km.

Je suis parti de la maison à 6h du matin en ayant une pensée pour nos "braves" du 120 km qui allaient commencer leur course.

Arrivé sur site de Saint Nabord à 7h, je découvre lors de la prise de dossard que  la veste de pluie est obligatoire !!! Bizarre ils annoncent 29°C.

Heureusement ma femme m'avait conseillé de la prendre dans la voiture donc après une petite montée d'adrénaline me voilà sur la ligne de départ. 

Nous sommes 850 à courir avec les relais  3 x 20km et 600 sur le 68km.

Mes ambitions étaient de partir vite, c'est ainsi que je me présente sur la deuxième ligne avant le départ. 

Le temps est clément (petite brume du matin) et la tension est palpable grâce aux musiques apportées par les organisateurs.

J'ai réalisé un bon départ et je ne perçois aucune douleur physique jusqu'au 37ieme km.

C'est à ce moment que  je me perds avec un petit groupe et j'en profite pour faire une pause physiologique et là les choses sérieuses commencent : 

Gros coups de fringale + crampe au niveau de l'aine. 

Je décide de courir à la vitesse maximum que mon corps le permet  jusqu'au ravitaillement du 41 km et après une «soupe magique de légumes" me voici reparti. 

Mon allure reste inchangée  sinon ma douleur est trop intense;  le moral est là car je reviens sur beaucoup d'engagés sur les relais

A trois kilomètres de l'arrivée, je me perds de nouveau, je récupère un coureur appelé  "Christian" qui m'emmène jusqu’à l'arrivée à une allure soutenue.

J'en termine à la 33iéme place sur 600 inscrits (21ieme senior - eh oui encore 2 mois dans cette catégorie...)

69.3km / 2876m dénivelé/ 8h45 de course 

Je suis super content de mon résultat, j'ai bien géré la chaleur (consommation de plus de 13 Litres de liquide...) »

 

 

INFERNAL 122,7 :) (400 partants, 253 arrivées)

Compétiteur                       Scratch                     Class Cat       Temps                      

Fred. VANNSON   70                   32 (V1)                     21:43:32     

Fred. MATOSEVIC 96                   41 (V1)                     22:31:56     

Yoanne LORRAIN  149                60 (V1)                     25:13:32     

Fred. GRAND                     Abandon au 76ème km  

 

 

Et enfin celui de Fred VANNSON :

 

« Il y a trois ans, je devais abandonner le 120 km de l’INFERNAL trail des Vosges sur blessure avec une grande déception et une sensation d'avoir gâché beaucoup de temps pour au final .... ne pas y arriver.

 

Mais je m'étais juré de revenir en finisher sur cette course qui pour moi n’est pas une course comme les autres.

En effet, c’est un véritable pèlerinage pour moi du départ à l’arrivée, où de nombreux lieux me font ressortir des souvenirs d’enfance, des personnes très proches de ma famille et belle-famille présentes ou plus de ce monde.

Ainsi que des lieux traversés remplis d’émotions où des drames ou épreuves de la seconde guerre ont marqué ma famille ainsi que ma belle-famille.

 

Ce parcours était donc aussi l’occasion d’avoir une pensée particulière pour toutes ces personnes disparues, et je vous le garanti, c’est bien plus sympa de le faire comme cela que de faire le tour des cimetières à la toussaint.

 

Vous avez compris que cette course représentait beaucoup pour moi.

 

Les 3 Freds du club avaient donc décidé de faire cette course, Yoanne nous a rejoint avec le plus grand plaisir des trois Fred Yoanne LORRAIN, Fréd MATOSEVIC (FM) et Fréd GRAND (FG) sont habitués des longs formats (UTBM, CCC, UT4M, Diagonale des fous...), C’est une aide précieuse que de les voir autour de moi sur la ligne de départ.

 

Le stress est présent dès la veille, FG est tendu, FM a la tête ailleurs, le matériel obligatoire n’est pas totalement présent chez tout le mon ... Mais le contrôle des sacs se fait sans problème,

06H00: Sur la ligne, les visages sont fermés, les sourires plus beaucoup présents, le stress est palpable sur tous les visages, j’ai pour ma part ressenti une émotion intense en me remémorant mon challenge ....

Finisher et uniquement finisher, le temps ... on s'en fout. J’ai pris note de mes erreurs, mais nous ne pouvons rien faire contre la météo qui s'annonce aussi chaud qu’il y a trois ans.

Coups de chaud et Vomito sont à prévoir pour beaucoup des compétiteurs à partir du 50 ème.

FM  a l’habitude de partir plus vite, je ne souhaite pas me griller et  décide de faire un début de course avec FG et Yoanne jusqu'au premier ravito (21 km)

 

La musique de départ me fait sortir les poils, le compte à rebours est lancé, le départ est donnée, l’inscription INFERNAL TRAIL est en feux et réchauffe l’atmosphère les 3 malgaches partent comme des balles accompagnés d'une dizaine d’autres, puis le peloton s'élance dans la nuit, le long serpent de frontales sillonne la prairie qui nous amènera jusqu' au pied de la première difficulté. .... Le Fossard

 

FM est déjà loin devant

Mes deux compères n’arrêtent pas de discuter, ça passe le temps, de mon côté, je suis déjà dans ma bulle.

Le jour arrive après 1H de course, la brume est dans la vallée, je découvre les joies de la photo en course avec mes collègues (il est vrai que ce n’est pas mon habitude qd j’ai un dossard d accroché) ...

Le parcours passe devant plusieurs chapelle, il faudra retenir FG pour éviter qu il en fasse la visite à chaque fois :) Un nordiste tape la causette, BIZARE le mec, il ne fait que de parler de Bières / Pédophiles  / Consanguins / Assassins ...En 10 minutes, il nous a dressé un portrait pas très flatteur de sa région, il n'avait pas encore fait 15 km que son cerveau avait déjà disjoncté ? Non, il était dans son état normal, pas très claire le mec.

Dès la première descente, je me remémore les quelques règles que je me suis fixées  Ne jamais se mettre dans le rouge et attaquer en descente avant les 100 premiers km (très frustrant qd on adore les descentes) Ne jamais rester plus de 5 minutes au ravito, mais prendre l’essentiel à chaque fois Sauf pour la base de vie ou il faudra prendre le temps de faire une toilette intégrale, masser les pieds à la crème hyper hydratante, masser les cuisses à l’huile d arnica, et repartir avec des habits propres Se garder 1H00 de calme en course après la base de vie en raison d’un 'repas ' plus important que lors des autres ravito.

 

Après 3H20 de course, nous arrivons au 20ème km, à ce moment-là, je suis 296 ème, pas très glorieux .... Mais je suis frais, et c’est l’essentiel, je dis au revoir à Fred et Yoanne, et j’entame une autre course à peine plus rapide mais toujours à l’écoute du corps et les descentes toujours abordées avec la plus grande prudence.

La chaleur commence à être pesante, je choisis toutes mes trajectoires pour être le plus à l’ombre possible, je n’en ressent pas encore le besoin, mais dès qu un ruisseau est proche de moi, je m’arrose la tête.

L’espace entre chaque coureur est de plus en plus important, alors qd on est en binôme, la conversation commence, 1 Belge, 1 breton, 1 Parisien ....

Après les échanges de politesse ... t’habites où? C’est la première fois l infernal pour toi? C’est comment ton prénom ? .....   L’instinct bestial  reprend le dessus, et le traileur accélère progressivement ....

Je ne suis pas tombé dans ce piège, j’ai donc coupé cours et momentanément du m avouer vaincu ..., j’ai retrouvé mes binômes quelques heures plus tard, souvent dans de mauvaises postures.

 

Avant le deuxième ravito du 37eme (Rochesson), c’est l’hécatombe, la montée de la roche des ducs a fait des dégâts, c’est : pause forcée pour beaucoup de compétiteurs, et vomito pour les moins chanceux.

 

 La longue montée sur les hauteurs de La Bresse se fait sous le pic de chaleur, je me raisonne plusieurs fois à diminuer le rythme ... la meilleur façon de se convaincre est juste de refaire le calcul des km qu’il reste à faire.. et en générale, on se calme tout de suite.

 

A l’occasion d’un ravito, mes parents me tendent le sandwich au jambon beurre que je leurs avais demandé, hum, c’est bon, en première partie de course, il faut en profiter, l’alimentation solide passe encore bien, avec la chaleur, ce ne sera peut-être plus le cas à la base de vie où nous attend pourtant un vrai repas.

 

J’apprendrai plus tard qu’à ce moment de la course, FM est 1H30 devant moi, et Yoanne / FG à 20 minutes derrière, ils continuent leur rythme qui n’est pas loin d’être le même que moi.

 

 Arrivée à la station de ski de Ventron, il y en a dans tous les sens, à table, au massage, allongés sur le sol, et malheureusement déjà, dans les navettes d’abandon ... direction la case départ.

 

La base de vie fait partie de la course, je fais vite, mais je garde l’essentiel: toilette, linge propre, auto massage et prépa du sac (merci Armelle).

Je zappe le repas proposé, en effet, il fait encore chaud, et à la sortie de la zone, c’est la piste noire qui nous attend.... Sage décision, toutes les conditions étaient réunies pour être malade en haut, alors si en plus le corps est occupé à digérer ... en général ça ne fait pas bon ménage.

 

Armelle m’informe que FM est à environ 1H de moi, De mon côté, je continue ma stratégie et les sensations sont parfaites, je continue donc à me préserver.

 

J’enchaine les ravitos avec des passages éclaires, 4 Cocas cul sec, 2 bidons d’eau, tucs et banane que je mange sur la route ....

Je n’arrive pas à comprendre les coureurs qui restent à table au ravito, peut être une application trop rigoureuse des règles de vies de leur enfance: on reste à table pour manger!!!

C’est pourtant 5 à 10 minutes de gagné à chaque ravito, et ça permet de faire une pause active pendant 5 à 10 minutes en mangeant tranquillement tout en marchant.

 

La nuit est tombée, la pleine lune est avec nous, c’est superbe. Les compagnons de route se font de plus en plus rares, les écarts se creusent et je continue ma remontada.

 

Depuis Ventron, nous avons un parcours commun avec les gars qui sont partis le jeudi à 24H00 pour réaliser un périple de 200 km. Mais ils ne sont pas beau à voir, je les avais qualifiés de zombi lors de mon aventure précédente, je n’ai pas trouvé d’autres adjectifs plus appropriés.

Les 3/4 des zombis doublés sont en train de dormir (soit au bord de la route, soit dans les ravitos, ou en pleine forêt) les autres sont d’une lenteur extrême, 

 

Petit exemple, lors d’une descente très technique,  j’aperçois un compétiteur en bas de celle-ci (décente très raide d’environ 200 mètre remplie d’obstacle (branches, cailloux ...) la personne vacille, et semble rester sur place, arrivé à sa hauteur, je m'aperçois que c’est une compétitrice du 200 km qui fait de multiple tentative pour essayer d'enjamber un sapin fraichement abattu. La malheureuse était dans l’incapacité totale de franchir l’obstacle. Je l’aide donc à passer, je lui demande si tout va bien ... mais pas de réponse, son corps est rentré dans un mode de protection tel qu’il lui interdit toute dépense d’énergie.

Il lui a donc demandé de ne pas me répondre. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des 200 que j’ai pu doubler après, on les félicite et basta, la conversation ce sera pour une autre fois. ... ils gèrent ..; à leur façon.

 

A 80 km de course, je suis étonné par mon état physique, tous les voyants sont au vert, je reste sage, Je fais un peu de chemin avec un jeune parisien qui me partage son plan d’entrainement et qui m’indique que le plus gros dénivelé proche de chez lui est de 25 mètres Pour faire de la bosse, il n’a pas le choix, il faut le faire à répétition, alors les WE qd il veut faire 1500 de D+, c’est 60 fois qu’ il doit parcourir la côte., là, il faut être motivé.

C’est qd même plus facile pour nous de se taper 2,5 X la planche des belles filles :).

Le jeune a son ticket pour la diagonale des fous ds 4 semaines ..; je lui souhaite du courage.

Malheureusement, il a été victime d’un coup de pompe et me lâchera à la dernière base de vie.

 

Mauvais réglage de la lampe, les deuxièmes jeux de pile était activé avec la puissance max, ça a marché 2H30 puis ..; condamné à finir les 25 derniers km avec le niveau 1 ... autant dire qu’on n’y voit pas grand-chose.

 

La base de vie des tronches arrive (96 ème) km, je maintiens mes ravitos rapides, et m’apprête à partir qd j’aperçois FM au fond de la salle à manger, il semble plus marqué que moi, le nez dans le bouillon de pates , il n’est pas dispo pour partir immédiatement, je poursuis donc ma route et décide enfin de me lâcher, en effet, les risques majeurs d’abandon (coup de chaud) sont levés, il reste 27 km, ça devrait le faire.

 

Cette dernière portion de course sera pour moi la plus rapide de ces 122 km, peu de compétiteurs doublés car les écarts sont maintenant très importants entre chaque traileur. C’est une grande solitude qui m’accompagnera jusqu'à l’arrivée ....

            - SAUF: Le troupeau de sangliers qui m’a obligé de stopper ma course ... à 2H00 du matin, 20 sangliers au galop à 10 mètres, ce n’est pas cool surtout pour les 2 derniers qui ont décidés de ne pas prendre le même chemin et passent à 5 mètres :( .

            - SAUF les 2 HIBOUX (des vrais cette fois ci ..; pour ceux qui ont suivis le premier épisode)

            - SAUF le mec du 200 qui veut impérativement abandonner alors qu’ il est à 2 petits km de l’arrivée ... Son cerveau est vraiment rentré en mode de protection maximal, je ne sais pas si les quelques accompagnateurs qui essayaient de le convaincre du contraire ont réussi à le faire lever de sa pierre où il était assis. (proverbe vosgien: attention, caillou pointu, tu t’assoies dessus, tu repars plus)

 

Les derniers kms sont en descente, l’arrivée sur le stade approche, l’émotion est bien présente, je m'y attendais, et comme beaucoup, juste après la ligne, le reflex est de se retourner, et fixer les derniers mettre parcourus:

            - comme si on avait le besoin de se remettre en tête tout le chemin parcouru?

            - comme si on voulait dire à l’INFERNAL qu’on l’a vaincu?

            - Ou tout simplement le remercier pour toutes ces émotions données?

Certainement un peu de tout cela. En tout cas, quel plaisir extrême que de finir une course comme celle-ci sans bobo majeur, avec un physique intègre sans blessure, et 0 ampoule.

Ce matin, les courbatures ne sont déjà plus présentes MAINTENANT, il faut recharger les batteries avant de repartir pour un tour ....

 

PS: Tous les bouquins de trails vous disent que pour finir un trail en beauté, il faut savoir partir à la vitesse où nous sommes capables d’arriver ....

Foutaise jusqu' avant cette course,

MAIS ce WE, sans vouloir l’appliquer,  j’ai réussi à faire la démonstration que c’est exact, mais extrêmement difficile de ne pas lâcher les chevaux (valable pour un ULTRA;;; quand est -il sur un format comme le Belfort trail ... peut-être la réponse dans 5 semaines?) 

 

MERCI à tous pour

            - les encouragements d avant course,

            - à tous les suiveurs du live,

            - à mes accompagnateurs sur ce trail (Fred, Fred, Yoanne),

            - à mes parents qui ont assuré une super logistique

                - à Armelle pour son aide précieuse à la Base de vie »

   

Actualités Club  

Vendredi 18 octobre : Réunion de comité - 20h salle des AG de la maison des Associations

Vendredi 25 octobre : Réunion préparatoire des 10Km de Héricourt - 20h salle des AG de la maison des Associations

Vendredi 8 novembre : Réunion audit club - 18h30 salle des AG de la maison des Associations

Samedi 16 octobre : Remise des récompenses de l'OMS

Samedi 23 novembre : AG des SGH - 17h salle Yves Montand du centre Simone Signoret

   

Partenaires  

  • Autocars_Marron.jpg
  • Optic2000.jpg
  • PaysageComtois.jpg